Les deux faces d’une même pièce

Au cours d’un récent congrès de l’Association Urantia, une question a été posée aux personnes rassemblées : « Combien d’entre eux ont réussi à présenter Le Livre d’Urantia à leur famille ou à leurs amis ? » La réponse n’a pas été surprenante ; un rapide décompte a révélé que seules quelques rares personnes ont levé la main. Pour tous ceux qui ont essayé et échoué à présenter le livre à leur famille et à leurs amis, vous êtes en bonne compagnie. 

Nous avons entre les mains une révélation divine, la cinquième révélation d’époque pour l’humanité, le trésor le plus étonnant depuis que Jésus a marché sur la Terre, et pourtant beaucoup de nos proches ne sont pas intéressés. Je suis sûr que c’est une réalité pour un grand nombre d’entre nous, et une réalité décevante !

J’étudie ce livre depuis 26 ans, mais malgré tous mes efforts pour intéresser ma famille et mes amis, la plupart d’entre eux n’ont montré qu’un intérêt passif, peut-être qu’une tolérance ou même un apaisement soit plus approprié ; aucun n’a pris le temps de lire le livre. J’ai réussi à faire lire le livre à une ancienne petite amie il y a plusieurs années et elle est devenue une étudiante dévouée du livre. Donc, une seule personne après 26 ans d’efforts – pas un grand record ! 

L’incapacité de partager Le Livre d’Urantia avec ceux qui me sont les plus proches a été pour le moins décevante.  C’est un échec qui est parfois difficile à supporter. Si c’est votre histoire, vous savez ce que je veux dire.

Ce n’est pas par manque d’effort ; j’ai essayé tout ce à quoi je peux penser. J’ai même essayé de parler du livre sans le mentionner. Ce que j’ai découvert, c’est que la plupart des gens ne sont tout simplement pas intéressés par ce type de conversation ; ils souscrivent généralement à la vieille excuse « Il vaut mieux ne pas parler de religion ou de politique ». 

J’ai même essayé la psychologie inverse avec un ami qui m’a demandé ce que je lisais. C’est l’une des personnes les plus cultivées que je connaisse ; nous sommes des amis proches depuis plus de 40 ans. Je lui ai parlé un peu de l’essentiel du livre, mais lui ai suggéré de ne pas s’en préoccuper. « Il fait plus de 2 000 pages », lui ai-je dit, « et c’est un livre difficile à lire et encore plus difficile à comprendre. »

Il m’a demandé de lui envoyer un livre, ce que j’ai rapidement fait. Oui ! J’ai pensé : enfin le succès ! Il s’est avéré qu’il ne l’a jamais lu et qu’il n’a pas voulu en parler non plus – une fois de plus, mes espoirs ont été déçus.

Il y a quelques mois, un parfait inconnu m’a posé des questions sur le livre. Alors que j’étais dans la salle d’attente d’un magasin de pneus, un homme a remarqué que je lisais le livre et m’a demandé de quoi il s’agissait ; il se demandait si c’était une sorte de Bible. Je lui ai demandé s’il était un homme religieux et lui ai dit que le livre allait dans ce sens. Il a répondu qu’il l’était, a nommé sa foi, et a ajouté qu’il avait l’esprit ouvert. Je lui ai donc remis le livre, ouvert au « Contenu du livre » ; nous nous sommes assis et avons discuté pendant qu’il parcourait les pages. 

Après une conversation agréable, il m’a dit qu’il commanderait le livre à son retour et qu’il avait vraiment hâte de le lire. Il semblait sincèrement enthousiaste. Je lui ai donné mon numéro de téléphone et lui ai demandé de m’appeler lorsqu’il aurait eu l’occasion de le lire. A-t-il commandé le livre ? Si oui, l’a-t-il lu ? Je ne sais pas, je n’ai pas eu de nouvelles de sa part. Quoi qu’il en soit, ce fut une expérience agréable.

C’est un côté de la médaille ; il y a toujours l’autre côté. De l’autre côté, je suis heureux de dire que j’ai personnellement envoyé Le Livre d’Urantia à des centaines de personnes dans tout le pays. Et, plus important encore, je sais avec certitude que beaucoup d’entre elles ont lu ou sont en train de lire le livre. Comment est-ce que je le sais ? Je le sais parce qu’ils m’écrivent souvent. Ils m’écrivent pour me poser des questions, pour me dire combien ils sont reconnaissants d’avoir en leur possession un si merveilleux trésor, pour me dire comment il a changé leur vie, et comment ils partagent le livre avec leur famille et leurs amis. 

J’aime ce côté de la médaille !

Voici la différence : chacune des personnes à qui j’ai envoyé un livre me l’a demandé personnellement.  La plupart des hommes et des femmes à qui j’ai envoyé des livres m’ont dit avoir entendu parler du livre par un ami. C’est tellement encourageant de voir cette belle révélation se répandre d’âme en âme de manière aussi étonnante et inexplicable. 

Quel service gratifiant que de jouer un petit rôle dans cette époque puissante dans laquelle nous vivons tous !

Avec un petit groupe de mes frères et sœurs du Livre d’Urantia, chacun étant un étudiant « chevronné » du livre, nous avons été capables de fournir près de 3 000 livres, de la même manière, au cours des 16 dernières années. Chaque livre a été demandé ; nous n’avons pas installé de kiosques dans le parc, ni tenu de kiosque dans une foire aux livres, ni utilisé aucun des moyens habituels pour atteindre les gens et faire connaître le livre. Pourtant, nous avons été bénis par la capacité et les moyens de fournir des livres à tant de personnes – des milliers de livres à des milliers d’âmes en quête ! C’est une histoire étonnante, une expérience si merveilleuse et si satisfaisante.

Une des joies suprêmes pour un lecteur/étudiant du Livre d’Urantia est l’opportunité de présenter le livre à un chercheur de vérité avide. Le plaisir de pouvoir répondre aux questions de quelqu’un qui est en train de lire le livre pour la première fois est vraiment satisfaisant pour l’âme. Étant donné que nous avons envoyé tant de livres, il n’est pas surprenant d’apprendre que nombre de ces destinataires reconnaissants continuent d’écrire pour poser leurs questions.

Voici quelques-unes des questions que j’ai reçues l’année dernière :

  • Je suis très troublé par ce qui est dit à la page 30 : « …une personnalité aimante peut difficilement se révéler à une personne sans amour ». Pouvez-vous m’expliquer ce que cela signifie ?
  • Je veux ressentir de l’amour, mais je ne sais pas comment susciter ce sentiment en moi.
  • …Caligastia. Que pouvez-vous me dire sur cet être et comment m’en protéger ?
  • Donc, nous avons un Ajusteur de Pensée, une « parcelle de Dieu » en nous. Où ? Dans le cerveau ? Le plexus solaire ? Je me demandais ceci; si elle était en moi, où était-elle en moi pour que je puisse la contacter et communiquer avec elle ? Puis j’ai pensé, si c’est Dieu que je contacte, qu’est-ce que cela signifie ?
  • Le Saint-Esprit et l’Ajusteur de Pensée sont-ils une seule et même chose ?
  • Qu’est-ce qui nous incite ou nous attire vers ce livre ? Est-ce uniquement notre libre arbitre ? Est-ce le « ministère intérieur » du Fragment du Père ? Je me dis souvent, pourquoi moi ? Pourquoi moi en ce qui concerne les bénédictions et la miséricorde ? Je suppose que je lutte encore avec cette mentalité de « ne pas être assez bon ».
  • Je sais que je dois travailler sur la prière, des suggestions ?

Pour ceux d’entre nous qui participent à des groupes d’étude, nous comprenons que de telles questions sont essentielles pour les nouveaux lecteurs qui doivent faire le tri dans leurs croyances et/ou leurs incrédulités actuelles sur tant de choses. Il n’est pas toujours facile de répondre judicieusement à leurs questions. Il faut être attentif à ne pas blesser ou offenser un esprit curieux, à ne pas en dire trop et trop tôt afin d’éviter toute confusion qui pourrait décourager la poursuite des études. 

Il faut avoir la main délicate lorsque la seule forme de communication est le mot écrit, l’échange de lettres – de lettres postales !  Oui, à l’ancienne.

Voilà : je n’ai jamais parlé à une seule des personnes à qui j’ai fourni un livre, pas une seule, ni en personne, ni par téléphone, ni par Zoom, ni par aucun autre moyen. Juste un échange de lettres.

Voici la suite de l’histoire, comme le disait Paul Harvey. Chacune des personnes à qui j’ai envoyé un livre est un homme ou une femme qui a commis un crime et qui est incarcéré dans un établissement d’État ou fédéral. On pourrait dire que nous, les bénévoles, avons un public « captif ».  Le fait que ces hommes et ces femmes soient incarcérés ne diminue en rien leur valeur aux yeux de Dieu – ni aux nôtres !

Ces 16 dernières années, j’ai vécu une expérience extraordinaire en étant capable de faire briller la lumière de la vérité dans des endroits aussi sombres et lugubres. J’ai découvert qu’il y a beaucoup de gens qui désirent sincèrement mieux connaître, être mieux, faire mieux, connaître Dieu, s’efforcer d’avoir une chance d’arranger les choses avec leurs proches, mais surtout, avec eux-mêmes. Cela me réjouit toujours de recevoir un témoignage d’un esprit renouvelé ! Ces mêmes personnes passent à leur tour le mot à leur famille et à leurs amis.

Je remercie Dieu de me donner l’occasion d’expérimenter la joie d’être impliqué avec des frères et des sœurs qui partagent les mêmes idées et qui désirent sincèrement et de façon désintéressée partager ce don divin, Le Livre d’Urantia, avec ceux qui en ont le plus besoin, les soi-disant âmes perdues, les brebis égarées, les âmes en quête, ceux qui cherchent des réponses, tous ceux qui cherchent la vérité, quelle que soit leur situation dans la vie. 

Si vous voulez en savoir plus, si vous voulez participer, si vous voulez faire un don à la cause, n’hésitez pas à me contacter. N’hésitez pas à m’envoyer un courriel à [email protected]

 Je serai là jusqu’à la fin de mes jours…