Répandre Le Livre d’Urantia

David LinthicumJe suis certain que nous nous souvenons tous de notre première expérience en tentant de partager le livre avec la famille et les amis. Si votre expérience a été comme la mienne, vous pourriez avoir été laissé avec un sentiment de profonde déception et peut-être même surpris que les gens ne soient pas aussi enthousiastes au sujet du livre que vous l’étiez. Pourquoi ne voyaient-ils pas la lumière et n’adhéraient-ils pas à ce merveilleux livre ? Pourquoi suis-je incapable de convaincre les gens que c’est le meilleur livre jamais         écrit ?

Le mandat de publication nous informe que la Révélation est destinée à une future génération, lorsque les cœurs et les esprits de l’humanité seront mûrs pour le livre et son merveilleux message ; que le livre nous a été donné au début de cette ère, pour préparer des enseignants et des dirigeants.

Quand j’ai été élu président du Comité de dissémination de l’Association Urantia l’an dernier, l’une des premières choses que j’ai faites a été de revoir notre charte et les règlements d’orientation sur le rôle de ce comité. Fondamentalement, c’est la fonction du comité de »… coordonner les efforts internationaux de l’AUI afin de diffuser les enseignements du Livre d’Urantia et de fournir des informations sur Le Livre d’Urantia et sur l’AUI aux personnes qui ne sont pas familières avec ces derniers. »

Ayant à l’esprit le mandat de publication et les documents constitutifs de l’Association en tant que guide, il me semble qu’une façon de se préparer pour l’âge à venir est de rendre le livre disponible au plus grand nombre de personnes possible, afin d’assurer que le livre soit distribué sur tous les continents de la planète. La question suivante était, d’accord, alors comment faire ?

Ce que j’ai appris, c’est qu’il y avait plusieurs projets de diffusion en cours à travers le monde. L’Association travaillait fort pour que le livre soit distribué en Ukraine, aux Philippines et en Afrique, et avec un grand succès. Les graines qui ont été plantées en Corée du Sud, en Amérique du Sud et en Europe, il y a quelques années à peine, et ont germé et grandies avec de nouvelles associations et des groupes d’étude en étant le fruit. De nouveaux enseignants et dirigeants ont émergé et dynamisé notre organisation naissante. La croissance au Mexique, en Colombie et au Brésil est étonnante.

Ce fut une nouvelle fantastique ! J’ai décidé que mon travail était d’étudier les composantes de ces efforts et de voir comment mieux les reproduire et d’étendre le processus à d’autres pays. Ce que j’ai trouvé, c’est que l’Association et la Fondation Urantia ont travaillé constamment en harmonie à répandre Le Livre d’Urantia dans le monde entier. Dans de nombreux cas, j’ai trouvé que les meilleurs résultats sont venus en travaillant avec des gens très dévoués qui ont été dirigés à apporter le livre à leur pays d’origine.

Comme exemple, la personne menant l’effort dans les Philippines, Eugene Asaido, avait approché la Fondation Urantia avec son désir de diffuser le livre sur les îles qui composent les Philippines. La Fondation et l’Association ont travaillé en harmonie pour fournir les livres et, à son crédit, Eugene a financé le voyage, la nourriture, l’hébergement et autres dépenses, de son argent personnel. Eugene, ainsi que trois à quatre amis, ont passé six mois aux Philippines, à distribuer des livres à des séminaires, des universités, des bibliothèques publiques, un institut de technologie, une école secondaire de sciences. Ils en ont distribué aussi à des groupes nouvel âge, ésotériques et théosophiques, ainsi qu’à divers individus et groupes d’étude qui ont émergé de leurs efforts. Au cours de ses voyages, Eugene et son équipe ont pu mettre sur pied trois groupes d’étude. Le groupe d’étude de Baguio City comptait 23 participants à leur première réunion. Les Philippines sont un terrain fertile pour la Révélation ; Eugene et ses amis y ont planté de nombreuses graines.

En Ukraine, l’Association a travaillé avec Anton Miroshnichenko, président de l’Association nationale de l’Ukraine. Anton avait déjà terminé la distribution de la première palette (270 livres en langue russe) arrivée en Ukraine quand je suis venu à bord et en demandait une deuxième palette. Anton a réussi à localiser un distributeur de livres qui a accepté de placer Le Livre d’Urantia dans plusieurs librairies à travers le pays. Ceci est un développement très opportun, facilitant la distribution à grande échelle du livre à travers le pays. Anton fait aussi le travail de base, dont la distribution du livre dans les bibliothèques, les universités, à des individus et aux groupes d’étude. Tous ces efforts combinés vont récolter beaucoup de fruits dans les années à venir.

Grevet Moyo

Grevet Moyo et ses enfants

En Afrique, c’est Grevet Moyo, président de l’Association locale du Malawi, et son vice-président, Brian Mtambo qui ont géré la diffusion d’une palette de 120 livres dans leur ville de 1,2 million habitants. Brian a depuis gradué de cette vie (le 4 février 2016). Certains d’entre vous se souviennent de lui lors du Symposium de Groupe d’étude de l’Association auquel il a assisté. En l’absence de fonds, mais avec beaucoup de cœur, Grevet et Brian ont entrepris de diffuser les livres dans tout le pays, à pied, en marchant, dans des villages aussi loin que 21 kilomètres, tout en portant de lourdes boîtes de livres. Ils ont laissé des livres dans les universités, les hôpitaux, les bibliothèques, le service forestier, deux prisons, et ont été en mesure de porter des livres aux membres de leur Association locale et à des groupes d’étude qui en avaient besoin. Plusieurs personnes que Grevet et Brian avaient rencontrées ont depuis rejoint un des 12 groupes d’étude. Ils ont mis sur pied l’association locale du Malawi, et y ont ajouté depuis, de nouveaux membres, qui est passée de 7 à 115 membres. Vous pouvez lire au sujet des efforts Grevet et Brian dans la dernière édition de Tidings http : //urantia-association.org/publications/tidings-newsletter. Grevet est en train d’obtenir le statut d’association nationale pour le Malawi. Alors que Brian nous manquera beaucoup, nous avons au Malawi un leader très fort, qui surmonte de nombreuses difficultés.

* En passant, ceci peut intéresser certains d’entre vous, d’apprendre que lors de ses voyages, Grevet a visité le Collège de médecine du Malawi. Une des professeures a été tellement impressionnée par Grevet, qu’elle lui a offert l’admission au collège et la possibilité d’obtenir son diplôme de médecine…à bon prix. Un programme de deux ans ne coûte que 10,500$, mais il pourrait aussi bien être de 10 millions$. Grevet et sa famille vivent dans une pauvreté misérable, n’ayant qu’une allocation mensuelle de riz pour nourrir sa femme et ses deux jeunes fils. J’ai été tellement impressionné par Grevet et son attitude « je peux faire » que je lui ai offert de l’aider avec un effort privé de collecte de fonds. Un site GoFundMe a été créé et a donné lieu à la collecte de l’ordre de 3500 $, assez pour inscrire Grevet à son premier semestre, ainsi que d’un petit extra pour de la nourriture et des nécessités pour sa famille, juste avant Noël. Les frais de scolarité du collège couvrent la chambre et pension et les repas, mais rien pour sa famille. Si vous souhaitez aider Grevet dans la réalisation de son objectif d’obtenir son diplôme de médecine, s’il vous plaît visitez le site GoFundMe à: https://www.youcaring.com/grevet-moyo-458222. Afin de poursuivre son éducation, l’objectif est d’amasser une somme supplémentaire de 8,000$ qui couvrira l’ensemble de ses exigences en matière de scolarité et permettre un petit surplus pour les besoins de sa famille. Grevet est un leader reconnu dans son pays et personnellement je pense qu’il mérite notre soutien et la chance d’une vie meilleure. * (Voir la note).

Je suis très impressionné par Eugene, Antonio, Grevet, son ancien collègue, Brian Mtambo et tous ceux qui les ont aidés dans leurs efforts désintéressés pour diffuser le livre aux quatre coins du globe. Qui dit qu’une personne ne peut pas faire une différence dans ce monde ? Nous avons des individus qui, tout bonnement, font de grandes et petites choses et chacune s’ajoutant aux succès de l’autre, dans leur quête pour prodiguer les enseignements aux âmes affamées.

Une autre avenue pour répandre Le Livre d’Urantia est en vous inscrivant à des salons du livre. Ma première expérience de travail dans un kiosque fut à Salt Lake City, Utah l’été passé, au Parlement des religions du monde. Ce fut une expérience révélatrice pour moi car je n’avais jamais parlé à autant de gens en l’espace de quelques jours à propos du livre. À vrai dire, c’était un peu épeurant. J’ai quelque peu bafouillé avec les premières gens qui visitaient le kiosque, jusqu’à ce que je trouve ma zone de confort. J’ai remarqué certains bénévoles qui travaillaient au kiosque et répondaient aux questions en disant : « Le livre dit … »

Cette approche ne fonctionnait pas pour moi, donc je décidai que je leur parlerais de mon expérience, comment ce livre répondait à mes questions, comment j’en suis venu à le lire et comment il a changé ma vie. Pour en arriver à cette approche, je me suis rappelé une suggestion émise par Chris Wood, dans un congrès passé, en fait, qu’il était important de ne pas sembler bizarre. Sa suggestion était de parler du livre sans utiliser la terminologie ou des informations qui sont uniques à la Révélation du Livre d’Urantia, choses que la plupart des gens ne savent pas et qui portera à confusion. J’ai trouvé que, raconter mon histoire et en expliquant pourquoi je lisais le livre était une façon pour moi de connecter de personne à personne. Les questions que je me posais sur Dieu, Jésus, la religion, le cosmos, etc. sont les mêmes questions que beaucoup d’autres personnes se posent aussi.

Le kiosque du Parlement a été un énorme succès ; il ne restait plus de livres à la fin. Je suis plein d’espoir que les graines que nous avons plantées durant cette période porteront leurs fruits dans le futur. Si on se base sur le passé, ça arrivera très certainement.  Sur un plan personnel, je suis sorti meilleur, dû à cette expérience. Il y a eu des possibilités de croissance et de développement que je n’avais pas prévues. Les associations nationales et locales devraient encourager leurs membres à participer à des salons du livre.

Outre les avantages évidents de faire connaître le livre au public, c’est également une excellente occasion pour nos membres de s’impliquer dans une activité qui favorise le travail d’équipe et la coopération. Les gens veulent s’impliquer et cherchent des avenues pour être de service. L’Association aidera en faisant un don de 50% des frais de kiosque à ceux qui souhaitent monter un kiosque et la Fondation Urantia assiste bien souvent en fournissant des livres.  Sentez-vous bien à l’aise de me contacter si vous êtes intéressés à présenter un kiosque à un salon du livre local, expo, etc.

Il y a d’autres choses que nous pouvons faire individuellement. Les librairies gardent seulement les livres qui se vendent et les bibliothèques ne les tiendront sur les tablettes, que s’ils sont regardés régulièrement. Si vous avez besoin d’un livre, envisagez d’aller dans une vraie librairie où beaucoup de gens préfèrent encore aller pour bouquiner. Si elles n’ont pas Le Livre d’Urantia en stock, demandez-leur d’en commander quelques- uns. S’ils restent sur les tablettes, achetez-en un pour votre groupe d’étude ou pour un ami. Allez à la bibliothèque et vérifiez se elles ont le livre. Si elles n’en ont pas, nous avons un programme de placement pour bibliothèque. Ceci est quelque chose que les Associations locales et groupes d’étude peuvent aborder dans leurs villes natales.

Je serais intéressé d’entendre toutes vos idées pour des avenues pour répandre les enseignements du livre. Il n’y a pas une seule bonne façon de faire, et je suis ouvert à entendre vos pensées sur la façon dont nous pouvons mieux poursuivre ensemble nos objectifs.

David Linthicum
Président du comité de dissémination
Association Urantia Internationale

[email protected]

* Note : L’Association Urantia Internationale appuie les efforts des individus et des groupes pour servir, annoncer, et discuter des projets de service dignes dans nos publications, site Web, les médias sociaux et les systèmes de messagerie, mais l’Association ne cautionne ni n’approuve de tels projets de service ou avis qui n’ont pas reçu la diligence raisonnable complète et l’approbation officielle de financement ou le parrainage de l’Association. Toutes les opinions exprimées ici sont personnelles à l’auteur et ne représentent pas la direction de l’Association ou de ses membres en matière de politique.