Urantia Association
Regardez en ligne | Version imprimable

Tidings – Septembre 2019

Dans ce numéro

Message du Président — septembre 2019

Chris Wood, États-Unis

Les religionistes, en tant que groupe, ne doivent jamais s’occuper d’autre chose que de religion, bien qu’à titre individuel, n’importe lequel d’entre eux puisse devenir le chef éminent d’un mouvement de reconstruction sociale, économique ou politique. [Fascicule 99:3. 15, page 1089.7]

 Indirectement, la civilisation culturelle est influencée par l’attitude de ces religionistes individuels à mesure qu’ils deviennent membres actifs et influents de divers groupes sociaux, moraux, économiques et politiques. [Fascicule 99:3. 3, page 1088.47]

Chaque fois que nous nous réunissons en groupe, lors d’un congrès, il y a une question qui est souvent soulevée : « Que sommes-nous exactement en tant que groupe ? » et « Urantia est-elle une religion ? » À bien des égards, nous ressemblons à une religion. Nous sommes un groupe de religieux ; en tant que groupe et en tant qu’organisations officielles, nous ne nous préoccupons pas de questions sociales, économiques ou politiques ; nous nous encourageons mutuellement et encourageons les autres à mieux connaître Dieu et à lui ressembler davantage.

La différence est que tout au long de notre histoire, les religions organisées sont devenues enracinées dans les domaines sociaux, économique et même politique. La pensée de groupe remplace le choix individuel et les idées de groupe sur la divinité remplacent les relations individuelles avec le Père. En tant que groupe de religieux, nous devons travailler activement pour garder notre mission centrée sur Dieu et notre relation avec Dieu.

Mais, en tant qu’individus, nous sommes chargés de nous impliquer directement dans la société. Nous avons la capacité d’ajuster lentement la trajectoire des domaines social, économique et politique avec nos connaissances spirituelles et universelles.

Il existe de nombreux niveaux de service dans lesquels nous nous engageons à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de notre communauté Urantienne. Lors du Congrès européen de Tallinn, il y a eu de longues discussions sur la manière dont nous devrions impliquer le monde dans nos actions. Partout dans le monde, les étudiants du Livre d’Urantia améliorent activement le monde pour le mieux. L’une des grandes joies des congrès est d’obtenir des mises à jour sur bon nombre de ces projets.

J’espère que nous pourrons tous nous réunir dans les années à venir pour partager nos mises à jour de service. Les prochains congrès seront au Nigéria en décembre 2019, au Canada en juillet 2020 et au Pérou en 2021 et seront de merveilleuses occasions de se réunir et de partager.

En service,

Chris Wood
Président
Association Urantia Internationale

 

2e Congrès Urantia européen

Antonio Schefer, Pays-Bas

Du 11 au 14 juillet 2019, l’Association Urantia d’Estonie a accueilli le 2e Congrès européen à l’hôtel Tallin City sur le thème « Semer des graines ». Cet événement était le 2e Congrès continental en Europe et a eu lieu près de trois ans après le congrès de Budapest. Quatre-vingt-sept participants ont célébré l’amitié et la fraternité, dans l’une des villes médiévales les mieux préservées d’Europe, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Lors de cet événement en Europe du Nord-Est, des lecteurs de 15 pays différents étaient présents. Des étudiants et des amis venus des États-Unis et du Canada ont traversé l’océan Atlantique, se sont réunis avec des gens de plusieurs pays européens ; comme l’Estonie, la Finlande, l’Espagne, la France, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Suède, la Lituanie et plus encore. Tout comme à Budapest, c’était un événement véritablement mondial avec des membres d’associations présents de partout dans le monde, mais surtout d’Europe et d’Amérique du Nord. Ce fut une expérience inoubliable dans une ville vraiment « à voir ».

En fin d’après-midi du jeudi 11 juillet et après l’accueil et les présentations, notre président, Chris Wood, et Karmo Kalda, le président du congrès, ont ouvert le programme. Michael MacIsaac et Helen Anvelt agissaient comme les Maîtres de Cérémonie. Après le dîner, Sebastian Nozzi (Coordinateur européen) a souhaité la bienvenue aux participants au nom de la communauté européenne. Helen Anvelt a donné un spectacle musical de danse-art appelé « Bliss, Serenity, and Love » (Félicité, sérénité et amour), ce qui mit fin au programme officiel de ce premier jour. Pour ceux qui voulaient socialiser davantage chaque soir, il y avait dans le hall de l’hôtel de la musique et des boissons, ce qui a été grandement apprécié.

Les vendredi, samedi et dimanche, juste avant le petit déjeuner, il y avait des séances de méditation avec Peep Sober. Guy Perron a organisé les séances d’adoration après le petit déjeuner juste avant le début du programme principal. Le vendredi, trois présentations ont été données, suivies d’ateliers, d’une heure, relatives aux présentations. Dans l’après-midi de cette journée, il y a eu un programme culturel, offrant des excursions au Musée de la mer d’Estonie, Musée d’art, et une visite guidée à travers la vieille ville de Tallinn. Ce soir-là, Hara Davis a donné un atelier de danse traditionnelle appelé « Danse sacrée » qui a clôturé la deuxième journée du congrès.

Samedi matin, les associations européennes des Pays-Bas, de la Grande-Bretagne et de l’Irlande, de la Suède, de l’Espagne, de la Finlande, de l’Estonie et du Danemark ont fait le point sur les activités dans leurs pays respectifs concernant le thème du congrès « Semer des graines », suivi d’ateliers créés et donné par Karmo Kalda. Avant le diner, les représentants des ateliers nous ont informés de ce qui avait été discuté dans leurs groupes. Nous avons tous été inspirés, et ce fut vraiment un grand succès. Il était bon de voir ce que toutes les associations européennes ont accompli et ce qu’elles ont fait pour augmenter la dissémination du Livre d’Urantia dans leurs pays. Ce samedi après-midi, deux autres présentations ont été données, dont une par Chris Wood, suivie de deux ateliers. Tamara Strumfeld (Directrice générale de la Fondation Urantia) a également fait une brève présentation, avec des mises à jour et autres informations sur la Fondation Urantia. La troisième journée fut clôturée par un concert de musique classique interprété au piano et au violoncelle par Piia & Peeter Paemurru.

Le dimanche a commencé comme les autres jours de congrès, sauf que c’était le jour de clôture. Avec deux autres présentations et un atelier, tout s’est déroulé assez vite ce matin-là. Nous avons aussi regardé brièvement les événements à venir avec notre président Chris Wood et nous avons parlé du 3e Congrès Urantia européen, qui se tiendra en 2022 à Malaga en Espagne, tout comme l’Association Urantia d’Espagne nous l’avait annoncé la veille. Nous nous sommes dit au revoir et nous avons remercié les organisateurs du congrès pour un événement très réussi. Le déjeuner cet après-midi était pour la plupart d’entre nous le moment d’adieu. Cependant, pour certains d’entre nous, il y avait un post-congrès pour plus de socialisation ainsi que du tourisme pour les étudiants du Livre d’Urantia inscrits à une croisière à Saint-Pétersbourg, à Helsinki et en Finlande.

Lors de la première rencontre du leadership européen, en octobre 2017 en Espagne et que l’Association Urantia d’Estonie fut choisie pour organiser ce congrès, nous ne nous attendions pas à ce que le 2e Congrès européen soit un tel succès. Personnellement, je pensais que nous ne pouvions faire mieux qu’à Budapest, mais Karmo Kalda et son équipe a démontré que c’était possible. Je suis toujours étonné de voir comment les idées lors de la planification d’un congrès se transforment en un réel congrès et à quel point ces évènements deviennent inoubliables et comment ils nous transforment. Pour tout cela je tiens à remercier les Estoniens. Je tiens également à remercier nos commanditaires, l’Association Urantia Internationale, la Fondation Urantia et Truthbook. Mais surtout, je tiens à remercier les participants de partout dans le monde qui ont fait en sorte que ce 2e Congrès européen eut lieu. Sans votre confiance dans nos événements, cela n’aurait jamais été possible.

Toutes les présentations ont été filmées et sont maintenant disponibles sur la chaîne YouTube de l’Association. Voir ce lien et cliquer sur la liste pour le 2e Congrès européen.

J’ai hâte de vous revoir à notre prochain grand événement, Congrès de l’AUI en 2021, à Urubamba-Cusco-Pérou. Merci de m’avoir donné l’occasion de vous servir à l’organisation des congrès avec mon comité. C’est un plaisir de vous aider et de vous servir.

Antonio Schefer
Président du Comité des Congrès
Association Urantia Internationale

 

Retraite Précongrès européenne des jeunes adultes

Alex Heh, Allemagne

(Note de la rédaction : Ceci est un extrait sommaire sur la retraite pré-congrès des jeunes adultes sur le témoignage personnel d’Alex Heh concernant ses expériences au congrès. Utilisé avec sa permission.)

En juillet, je me suis rendu à Tallinn, la capitale de l’Estonie, pour assister au 2e Congrès Urantia européen. Un certain nombre de jeunes lecteurs du Livre Urantia et moi sommes arrivés quelques jours plus tôt pour assister à la rencontre précédant le congrès qui a eu lieu du dimanche 7 juillet au jeudi 11 juillet. Cette retraite était un événement organisé conjointement par l’Association Urantia UYAI (Urantia Young Adult International) et les YaYas (Jeunes et Jeunes Adultes) de la Fellowship. Je n’exagère pas quand je dis que cet événement, qui s’est tenu dans une belle ville et avec beaucoup de gens merveilleux et charmants, a été jusqu’à présent l’une des expériences les plus profondes de ma vie. À la fin de la première soirée, j’ai senti que j’étais capable de laisser mon passé derrière moi et de commencer une nouvelle vie. Il n’a pas fallu longtemps pour m’arrêter de penser dans ma langue maternelle (allemand) et commencer à penser (et ressentir) en anglais.

Nous avons débuté le programme de la première journée (lundi) de la retraite par une promenade à la plage ; quelques-uns d’entre nous ont même sauté dans la mer ! Nous avons apprécié l’atmosphère de cette petite plage où nous nous sommes présentés les uns aux autres chaleureusement. Nous nous sommes ensuite répartis en groupe de deux afin d’en connaitre davantage sur chacun de nous. Après notre première prière de groupe, j’ai commencé à me sentir chez moi avec ces nouveaux amis. Nous avons lu et parlé du « Royaume des Cieux » et j’ai senti que ce serait un sujet important pour moi pendant le congrès car je commençais déjà à l’envisager sous un nouvel angle.

Le lendemain (mardi), nous avons visité le Parlement estonien et nous avons fait une visite guidée à l’intérieur. C’était très impressionnant. Les Estoniens semblent avoir une structure politique bien organisée. Le guide a fait un excellent travail et était très sympathique. À côté du Parlement, nous avons visité une belle église orthodoxe. J’ai allumé une bougie et fait une courte prière à Micaël. En sortant de l’église, un musicien de rue russe a ragaillardi mon humeur en me chantant d’abord une chanson allemande, puis « Yellow Submarine! »

Après le diner, de retour sur le lieu du congrès, nous avons tenu une séance de remue-méninges sur « La vision combinée de l’UYAI et YaYas. » Nous avons vite constaté que nous nous avions tous une vision commune et nous avons réalisé qu’à l’avenir, nous devons travailler ensemble ; peut-être que nous pourrions même être une source d’inspiration pour les générations précédentes. Nous voudrions montrer que nous ne permettrons à rien ni à personne de venir interférer ou nous empêcher de coopérer dans le travail de la révélation. Nous avons fait de grands plans et à la fin de la rencontre, nous considérons maintenant UYAI et YaYas de ne faire qu’un. »

Notre session de lecture suivante portait sur « l’art de vivre » et les « Leurres de la maturité » enseignés par Rodan d’Alexandrie. J’ai été profondément impressionné par la philosophie élevée de Rodan. Je comprends pourquoi ses enseignements ont été inclus dans Le Livre d’Urantia. Je me suis promis d’étudier ces fascicules à nouveau à dès mon retour à la maison.

Mercredi, nous avons été rejoints par Gard, Guy et Agnès, qui ont décidé de se joindre à nos activités de précongrès et de participer aux ateliers avec nous. Nous avons trouvé un bel endroit dans un parc avec de beaux paysages qui nous entouraient. Le premier atelier portait sur « L’adoration, la prière et l’amour ». Nous nous sommes assis sur le sol, en cercle, nous rappelant que ces trois choses vont toujours ensemble. Gard nous a dirigé dans une prière de groupe où nous étions en cercle se tenant la main et l’un après l’autre, nous avons chacun dit une courte prière. J’ai dit la mienne en allemand ; ce fut le premier moment où j’ai remarqué que quelque chose de spécial m’arrivait. J’ai pleuré mes premières larmes de joie au cours de cette prière alors que j’ai ressenti un sentiment d’amour débordant comme je n’avais jamais ressenti auparavant, un véritable amour inconditionnel.

Plus tard, nous avons visité le château de Tallinn. Quelle belle vue. J’étais heureux comme jamais auparavant. Nous avons eu une excellente journée et je portais un enthousiasme qui m’est impossible à décrire. Je me suis retrouvé à prier beaucoup. Toute la journée a été comme une grande prière. Le soir, lorsque j’étais seul dans ma chambre, j’ai continué à prier et j’ai demandé aux anges d’être avec nous et de partager nos merveilleux moments ensemble. J’ai senti leur présence et j’ai commencé à comprendre pourquoi je pleurais si souvent de joie. Le sentiment est difficile à décrire, mais c’était comme une sorte d’énergie qui coulait à travers mon corps, puis j’ai commencé à me détendre et me sentir comme si je n’étais pas seul. Mon humeur était remplie de bonheur…

Le lendemain (jeudi) beaucoup ont commencé à arriver pour le congrès. C’est une tout autre histoire, donc je vais laisser les détails de ce moment incroyable à quelqu’un d’autre de le raconter dans ce compte-rendu. Cependant, je vais brièvement partager mes impressions des beaux moments d’ouverture, qui ont été chaleureux et accueillants. J’étais conscient que l’atmosphère — l’énergie dans l’air — était différente de tous les autres congrès auxquels j’ai assisté auparavant. Mike MacIsaac était la personne idéale pour être le maître de cérémonie. Sa manière simple et rafraichissante, doublée de son sens de l’humour, faisait sentir le tout moins formel que d’autres événements auxquels j’ai assisté. Mike a été le tout premier lecteur du Livre Urantia que j’ai rencontré en personne, il a été tout simplement la première personne à me dire « salut », il y a six ans, lors de la réunion au Blue Club à Francfort, en Allemagne. Il est ce que j’appellerais un « grand frère », une sorte de modèle héroïque pour moi. Merci, Mike !

Après la cérémonie de clôture à la fin du congrès, il était temps de dire au revoir. Merci à vous tous qui avez rendu cet événement si spécial et spirituellement édifiant. Je suis impatient de continuer à rencontrer tous mes merveilleux frères et sœurs sur internet bientôt, parce que nous ne pouvons tout simplement pas continuer l’un sans l’autre. Notre promesse de départ les uns aux autres était : « Rendez-vous à Vancouver l’année prochaine ! ».

Se souvenir de Jésus le jour de son anniversaire

Rick Warren, États-Unis

Happy birthday to Jesus of Nazareth, Michael of Nebadon our Creator Father, on this, the 2026th anniversary of the inauguration of his 7th self-bestowal, right here on Urantia. What might he ask for on this anniversary?Joyeux anniversaire à Jésus de Nazareth, Micaël de Nébadon notre Père Créateur, en ce 2026e anniversaire de l’inauguration de sa 7e effusion, ici même sur Urantia. Que pourrait-il demander pour cet anniversaire?

Jésus souhaitait développer la clairvoyance spirituelle dans les réalités éternelles et stimuler l’initiative dans l’originalité de la vie. Il s’occupa exclusivement des besoins spirituels sous-jacents et permanents de la race humaine. 140:8:31 (1583,5)

 Jésus voulait que non seulement les mortels de ce monde, mais aussi les observateurs sur d’innombrables autres mondes, sachent que, s’il existe des doutes sur la sincérité et la franchise de la dévotion d’une créature au royaume, la pratique invariable des Juges des hommes consiste à recevoir pleinement le candidat douteux. (139 :12,7 (1566,6)

 … Jésus voulait voir vivre ses enfants sur terre comme s’ils étaient déjà des citoyens du royaume céleste parachevé… 140:8:25 (1582,6)

Foire du livre de Bolivie 2019 — Santa Cruz

Jose Ernesto Arias, Bolivie

Le vingtième salon annuel du livre a eu lieu à Santa Cruz de la Sierra, en Bolivie, du 31 mai au 11 juin. Le salon a eu 200 exposants et plus de 80 présentations de livres. Plus de 50 écrivains internationaux et une centaine d’écrivains nationaux y ont assisté, avec la présence de l’Union européenne en tant qu’invitée d’honneur. Lors de cette exposition, le livre le plus important était aussi présent pour nous les bénévoles qui assistions à cette foire : Le Livre d’Urantia.

Les bénévoles de notre kiosque ont passé douze jours à expliquer l’importance de ce Livre pour l’humanité. De nombreux enfants, jeunes étudiants et adultes étaient également présents. Malgré le scepticisme normal de certaines personnes, il y avait 273 âmes qui étaient sensibles aux vérités de ce Livre et nous ont laissé leurs coordonnées pour recevoir plus d’informations.

L’une des interactions les plus significatives que nous avons eues était celle d’une jeune fille intelligente d’environ 10 ans qui a commencé à poser des questions, et après avoir écouté les réponses, elle est devenue sérieuse. On pouvait voir dans l’expression de son regard la satisfaction, excitée d’avoir enfin trouvé les réponses. Et elle s’écria : « Oui ! » et entre les sanglots, elle a dit à son père, « Je ne veux aucun autre livre que celui-ci. » Je pense que c’était le meilleur moment de toute la foire.

Environ 2 500 dépliants d’information ont été distribués et 24 livres ont été vendus. Une présentation a également été donnée sur le Livre, à laquelle ont assisté une trentaine d’auditeurs.

Grâce au Père et à tous ses aides, la foire a apporté satisfaction aux bénévoles d’avoir contribué au grand travail d’évolution spirituelle vers le Royaume des Cieux et l’ère de la Lumière et de la Vie.

Salon du livre de l’Équateur 2019

Efrain Vivanco, Équateur

Cette année, le Salon du livre en Équateur s’est tenu à l’Université pontificale catholique de Puce en l’Équateur du 3 au 7 juin. Bien que nous ne soyons pas encore officiellement reconnus comme l’Association Nationale des lecteurs du Livre d’Urantia de l’Équateur (AUEC), cette année, nous avons participé à la Foire de Puce en tant qu’AUEC.

Nous étions au kiosque numéro 17, que nous avons organisé avec des affiches faisant allusion au Livre d’Urantia et des graphiques du Maître Univers. Nous avons reçu la collaboration d’étudiants du Livre d’Urantia du groupe des lecteurs du Jardin d’Edentia, la vallée des Chillos, et la ville de Quito.

Il s’agit d’un petit salon de six jours, fréquenté principalement par les étudiants et les enseignants ; il n’y a pas un vaste public, mais la qualité des participants est d’un niveau d’éducation élevé.

Seulement quatre livres ont été vendus, mais nous avons distribué 1000 exemplaires du document à trois côtés présentant des informations sur le contenu du Livre d’Urantia. La plupart des étudiants intéressés par les thèmes du Livre ont dit qu’ils ont l’intention de rechercher le Livre sur Internet.

Lundi 3 juin à 17 h, nous avons donné une conférence sur Le Livre d’Urantia à laquelle ont assisté une vingtaine de personnes.

Un Livre d’Urantia a été remis au Collège de Philosophie et de Théologie de l’Université Pontificale Catholique d’Équateur (PUCE).

Enfin, considérant que le but de ce salon n’est pas de vendre des livres, mais plutôt de faire connaître ce Livre à d’autres personnes, nous croyons que nous avons atteint notre objectif.

Salon du livre du Guatemala

Gerardo Leche, Guatemala

Du 11 au 21 juillet 2019, le Salon International du livre s’est tenu à Guatemala. Le quartier général était à Foro Majadas dans la zone 11 de la capitale.

Pour Urantia Guatemala, c’était l’occasion de continuer à présenter Le Livre d’Urantia, le faisant connaître à différents segments de population et partageant son contenu à travers des conversations, afin d’illustrer la Paternité de Dieu et la Fraternité des Hommes.

Notre kiosque, le 101, dans lequel pendant deux fins de semaine, nos bénévoles ont interagi avec le grand public, en essayant d’établir des contacts, en particulier avec les jeunes. Nous considérons que leur curiosité et leur esprit ouvert sont comme un sol fertile pour présenter les concepts de la Vérité du Cosmos, de la Beauté de l’Univers et de la Bonté de notre Père bien-aimé. Durant nos journées de service, nous avons essayé d’entrer en contact avec les enfants et les jeunes étudiants qui ont visité le salon.

La majorité de la population est venue au salon à la recherche de romans et de littérature scientifique. Il est étrange pour certains de trouver Le Livre d’Urantia et son contenu spirituel à cet événement. Le rejet était évident chez certaines personnes, parce c’est perturbant pour leurs croyances religieuses. Cependant, les jeunes, en particulier ceux qui sont à l’université, sont à la recherche de connaissances et désirent connaître de nouveaux concepts de vérité. Nos entretiens avec eux ont suscité leur intérêt pour le Livre. Ils ont profité de ces occasions pour offrir leurs coordonnées pour la liste de diffusion et ont manifesté leur intérêt à participer, en tant que nouveaux lecteurs, à des groupes d’étude.

Notre kiosque possédait douze livres, dont deux ont été vendus et deux ont été donnés. En 2020, nous concentrerons notre stratégie sur des présentations par des jeunes pour les jeunes, dans le but de pénétrer ce segment.

J’apprécie publiquement la participation, à la présentation du Livre d’Urantia, des frères Francisco Vela, César Gonzalez, Ivon de Gonzalez, Sergio Lopez et Gerardo Leche. Notre Père Universel vous remercie et vous embrasse avec miséricorde. Paix.

ANTFIL —une foire alternative au Pérou

Cecilia Barreto, Pérou

Pourquoi Urantia Pérou a-t-elle choisi de participer à l’ANTFIL 2019 ? Lorsque les systèmes traditionnels continuent de maintenir des formats obsolètes qui ne tiennent pas compte des changements qui se produisent rapidement dans l’humanité, de nouveaux mouvements d’avant-garde dirigés par des jeunes émergent. ANTFIL (une foire alternative) a vu le jour en réponse à la traditionnelle Foire internationale du livre de Lima, au Pérou, et est entièrement organisée par les jeunes.

Le but premier des salons traditionnels du livre est le profit. Pourquoi y a-t-il un droit d’entrée, alors que les exposants et les grands éditeurs paient déjà un montant exorbitant pour montrer leurs produits ? Et tout a un prix : les kiosques, les arts, la culture, les expositions… c’est-à-dire que le marché de la consommation est au premier plan.

En revanche, ANTFIL où l’admission est gratuite et offre toutes sortes de catégories culturelles, que ce soit littéraire, art de la scène, art graphique ou de la musique, le tout avec un critère de non-discrimination et d’inclusion sociale, économique et religieuse. En tant qu’exposants, nous ajoutons « une plus-value » à la foire par notre présence.

Nous devons souligner qu’ANTFIL attire de plus en plus de gens chaque année. Elle a débuté avec 12 000 visiteurs ; deux ans plus tard, il y avait plus de 65 000 visiteurs et soixante-dix pour cent d’entre eux sont des jeunes ! Ce type d’événement attire les penseurs non traditionnels, les chercheurs de changement et ceux qui ont des questions existentielles.

C’est la deuxième année qu’Urantia Pérou était présent à ANTFIL, nos présentations visent à expliquer et motiver les participants à lire Le Livre d’Urantia. Les résultats ? Des expériences intéressantes avec des jeunes et des adultes à la recherche de réponses, établissant des liens de respect, de considération et de service.

Pendant la foire, de nombreux visiteurs nous ont approchés en commençant leur aventure par la première question, puis ont continué à poser des questions telles que : « Que signifie Urantia ? » « Est-ce une religion ? »

Et nous répondions en souriant : « Nous vivons sur Urantia. Et nous ne sommes pas une religion !

Nous aimons partager avec tous, religieux ou non — scientifiques, philosophes, scrutateurs — nous cherchons simplement à évoluer et à vivre les enseignements et c’est toujours un beau voyage d’exploration interne. Les enseignements du Livre d’Urantia vous guident ; ils vous donnent les instructions pour le faire à votre propre rythme d’expérience et de compréhension, selon votre libre arbitre, et toujours accompagné, nous ne sommes jamais seuls.

Il devrait y avoir plus de foires ANTFIL, où la recherche de la connaissance nous permet de discerner et d’explorer notre réalité, nos voisins et le Père Universel.

Cecilia Barreto,
Vice-Présidente, Urantia Pérou

Témoignage de groupe d’étude

Susan Hemmingsen, Nouvelle-Zélande

(Note de la rédaction : ceci a été écrit en réponse à un nouveau participant à un groupe d’étude recherchant un groupe en Nouvelle-Zélande pour étudier d’autres œuvres spirituelles en plus du Livre d’Urantia.

J’ai consulté d’autres membres de notre groupe, y compris ceux qui n’ont pas assisté à la réunion de mardi. La réponse écrasante exprimée était que le but de notre réunion en ligne est simplement d’étudier Le Livre d’Urantia. C’est notre but et notre « raison d’être ». Pour nous, cela signifie que nous choisissons à tour de rôle des fascicules, puis nous les lisons et en discutons. Pendant la discussion, nous avons tous l’occasion de partager comment des passages particuliers affectent nos vies, discuter de notre interprétation d’un passage, et faire des références à d’autres parties du Livre qui ajoutent de la profondeur à notre compréhension.

Personnellement, j’ai constaté au fil des ans que, peu importe le nombre de fois où j’ai lu le Livre, je trouve toujours des choses que je ne comprenais pas auparavant — des choses que j’ai manquées, ou des choses qui ont besoin d’être renforcées — alors pour moi, la lecture est une mission continue et une aventure agréable. Je sens que nourrir mon intellect améliore ma quête spirituelle ainsi que ma compréhension des coutumes des peuples monde.

Chaque jour, je reçois des « Pensées à méditer » de la Fondation Urantia, et celle de mercredi semblait pertinente concernant la raison pour laquelle nous étudions Le Livre d’Urantia lors de nos réunions en ligne et en personne :

Les choses sont conditionnées par le temps, mais la vérité est intemporelle. Plus vous connaissez la vérité, plus vous êtes vrai, plus vous pouvez comprendre le passé et le futur. [Fascicule 118:3. 2, page 1297.3

Je crois que ma croissance spirituelle personnelle dépend des choix que je fais, chaque minute de chaque jour. Je sens que toute interaction avec un autre être humain, que ce soit avec la famille, un ami ou un étranger, me donne l’occasion de faire la volonté de Dieu si je m’ouvre aux impulsions de mon Ajusteur de Pensée. Je peux ignorer une demande d’aide ou réagir de façon moins que positive à quelqu’un, ou je peux écouter ma voix intérieure qui confirme ma pensée pour aider, écouter ou réagir positivement. Quand je choisis de faire la bonne chose, je sais que je sers Dieu, et petit à petit je grandirai spirituellement. C’est bien évident quand je dis que j’ai beaucoup, beaucoup de chemin à faire…

Adieu Mark Bloomfield

Kathleen Swadling, Australie

Mark Bloomfield, âgé de 54 ans seulement, est décédé récemment de blessures à la suite d’un incident tragique survenu à Swansea, au Pays de Galles. L’affaire fait l’objet d’une enquête policière et un homme a été accusé. Cet événement horrible a fait les nouvelles britanniques en raison des liens de Mark avec Mère Teresa. La BBC News a rapporté :

Un travailleur caritatif qui a travaillé avec Mère Teresa en Inde est décédé après un présumé attentat à Swansea. Mark Bloomfield, 54 ans, est décédé samedi après avoir été trouvé blessé à High Street dans le centre-ville jeudi dernier… La famille de M. Bloomfield, originaire de Stratford Upon Avon, a rendu hommage à son œuvre de bienfaisance à travers le monde en disant qu’il « avait bâti un héritage ». Ils ont dit qu’en tant qu’assistant spécial de Mère Teresa à Calcutta, il était un contributeur essentiel à sa mission.

Mark était un représentant sur le terrain de la Fondation Urantia à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Il était très habile à distribuer les Livres d’Urantia dans les bibliothèques publiques, les séminaires, les universités et d’autres centres d’apprentissage. Il était renommé dans la communauté des lecteurs du Livre d’Urantia pour son service extraordinaire et infatigable à la révélation en disséminant personnellement à la main environ 9000 Livres d’Urantia dans le monde entier. Il a été particulièrement inspiré pour disséminer la révélation dans les pays en développement où il a vécu et travaillé pendant de nombreuses années en tant que missionnaire humanitaire. Ayant vécu lui-même la situation déchirante et atroce des femmes et des enfants, il a décidé de consacrer sa vie à traiter la cause des problèmes du monde plutôt que les symptômes en mettant Le Livre d’Urantia à la disposition de personnes instruites dans des endroits où des millions d’innocents ont été contraints dans le cycle de l’ignorance et de la pauvreté.

Pendant une grande partie de cette période, j’ai servi comme directrice représentante de la Fondation Urantia où j’ai eu le plaisir d’aider à la coordination des nombreux projets fertiles de Mark pendant qu’il était sur le terrain. Avec plusieurs autres, j’ai assisté à trois foires du Livre en Inde avec Mark pendant qu’il vivait là-bas. Il s’est occupé de tous les arrangements pour le kiosque, y compris l’importation et la livraison des livres. Il a également agi comme un chaperon et éducateur de la culture indienne pour nous visiteurs occidentaux qui n’étaient pas familiers avec les complexités de la vie en Inde. La capacité de Mark à communiquer avec les personnes intéressées qui ont visité notre kiosque était impressionnante, c’est le moins qu’on puisse dire. Il était éloquent, gracieux et capable d’adapter les enseignements du Livre d’Urantia à des centaines de personnes provenant des nombreuses confessions pratiquées en Inde.

En 2000 Mark m’a accompagné à Séoul en Corée du Sud où lui et David Kim (qui est maintenant président de l’Association Urantia coréenne) ont déchargé une livraison de 5 000 livres traduits en coréen à l’arrière d’un camion et les ont transportés jusqu’au deuxième étage où ils devaient être entreposés dans l’entrepôt de David. Après cela, il a voyagé à travers la Corée du Sud et placé environ 600 exemplaires de la nouvelle traduction dans divers types de bibliothèques.

Mark a laissé derrière lui une importante trace de révélation en Inde, en Amérique latine, en Afrique, en Europe, en Asie et aux États-Unis. Les histoires qu’il a écrites dans ses rapports réguliers de ses périples de ville en ville et de pays en pays distribuant des livres offrant une lecture fascinante. Vous pouvez voir les résumés de certaines de ses histoires sur le site Web de la Fondation Urantia à l’adresse : https://www.urantia.org/search/node/mark%20bloomfield

Mark a été appelé le « Johnny Appleseed » et « l’Indiana Jones » du mouvement Urantia, mais il aimait se faire appeler le « garçon de corvée » disant que son modèle historique préféré était le jeune Jean Marc qui a passé une journée entière dans les collines seul avec le Maître. Mark a dit à la fin de l’un de ses rapports : –

… Et tout cela explique en grande partie pourquoi ce travailleur sur le terrain a fait ce qu’il a fait toutes ces années, car le garçon de corvée du jour de Jésus [Jean Marc] a longtemps été le plus proche modèle pour lui.

Voici ce que Mark avait à dire sur son aventure au Myanmar (Birmanie) :

Il n’y a plus beaucoup de bibliothèques en Birmanie. Avec les 30 livres que j’avais avec moi, j’ai pu couvrir toutes les bases importantes. Les étrangers n’ont pas le droit d’entrer sur les campus universitaires, alors il va sans dire que toutes les universités que j’ai visitées ont fini par être une histoire en soi. À l’université de Rangoon, j’ai finalement réussi à me lier d’amitié avec les gardiens qui m’ont finalement escorté à la bibliothécaire. Il a accepté avec joie le Livre, puis m’a montré la bibliothèque centrale des universités, le siège de tout le système de bibliothèque universitaire birmane où j’ai eu une merveilleuse longue conversation avec la bibliothécaire qui était une bouddhiste dévote. Nous avions beaucoup en commun en particulier la notion de fraternité universelle. À l’Université Dagon à la lisière de Rangoon, j’ai attendu à la porte principale pendant plus d’une heure pendant qu’un flot régulier de gardes se déplaçait entre moi et la bibliothécaire relayant message après message. Finalement, elle est sortie elle-même pour recevoir les livres, ce qu’elle a fait avec joie et bonne nature. Dans une autre université, je marchais tout droit et, au moment où je trouvais la bibliothèque (qui dans ce cas était trop petite et spécialisée pour le Livre), j’étais soudainement entouré de cinq hommes qui m’ont poliment bien qu’intentionnellement fait sortir des lieux…

 2006 En Australie

Certains d’entre nous se souviendront de Mark au Congrès international de l’Association en 2006 qui s’est tenu au Women’s College de Sydney. Notre thème était « Récompenses de l’isolement — Petites équipes en eaux profondes. » Mark a fait une présentation passionnée et inspirante sur la nature et la mission de la Révélation d’Urantia. Un aspect de son discours a eu une grande impression sur moi ; il a contesté la partie « petites équipes en eaux profondes » de notre titre thématique en inversant complètement le sens en disant qu’avec toute la puissance de l’univers derrière nous comment pouvons-nous l’appeler « petite ? » Il préfère plutôt nous voir comme « de grandes équipes dans de petites flaques d’eau ! » En soulignant l’ampleur de la mission de la cinquième révélation d’époque avec les masses d’amis célestes invisibles de notre côté travaillant pour notre succès, jumelé avec la puissance de notre foi dans le Père, nous devrions avoir plus de confiance et de courage – et oser aller de l’avant… en la seule compagnie de la VÉRITÉ. [103:9. 7, 1141,5]

Le Chapitre de Freeschools

L’autre « prétention à la gloire » de Mark parmi de nombreux étudiants du Livre d’Urantia était son travail de pionnier avec le développement de ce qui est maintenant connu sous le nom de « Freeschools World Literacy. » Beaucoup de lecteurs qui étaient associés à Mark sont arrivés à connaître son travail dans Freeschools en Inde et ont été inspirés à soutenir la cause et à s’impliquer. Voici un bref historique du développement des écoles au cours des premières années (tiré du site Web Freeschools à https://freeschools.org) :

1997 : À Motihari, Bihar, Inde, l’une des régions les plus pauvres, les plus peuplées et arriérées de l’Inde, Sr. Mary Crescence, une religieuse catholique de l’ordre des Sœurs du Sacré-Cœur, avait besoin d’aide pour financer son rêve d’une école du soir gratuite, utilisant un espace emprunté après les heures, pour éduquer ces enfants trop pauvres pour avoir accès à l’éducation formelle. Après une rencontre fortuite à Calcutta, l’Anglais Mark Bloomfield, bénévole avec Mère Teresa, a fourni les fonds à Sr. Crescence pour démarrer la première école. Pendant trois ans, le soutien financier et moral est venu de Mark. En 2000, le Dr. Robert Coenraads d’Australie s’est également impliqué après avoir visité l’école avec Mark. Leur aide-conjointe a assuré le développement de deux écoles et un modèle très réussi. « L’école sur un pied d’égalité » a permis d’acquérir des compétences de base en alphabétisation pour les enfants des villages pauvres, mais brillants et enthousiastes. Grâce à Kathleen Swadling son amie australienne, Mark fut présenté à la Canadienne Sue Tennant, et il mit le Canada au défi de reproduire le modèle d’école dans le Bihar et parmi les tribus de Hill dans le nord de la Thaïlande.

Visitez le site Web Freeschools pour lire la chronologie jusqu’à aujourd’hui sur le développement incroyable de cet organisme de bienfaisance qui prospère maintenant avec de nombreuses écoles basées sur le modèle original.

Ben Bowler, qui a repris le travail des Freeschools de Mark en Thaïlande, a écrit :

Je suis bouleversé et attristé d’apprendre le décès de Mark Bloomfield. Ce fut son discours passionné à Sydney lors du congrès 2006 de l’Association Urantia qui stimula Jildou et moi à voyager vers la Thaïlande et travailler pour Freeschools, ce qui changea à jamais notre trajectoire de vie. Le mois où j’ai eu une « formation » à Fang, en Thaïlande avec Mark a été l’un des moments les plus extraordinaires que j’ai eus sur cette planète. Il a été un ami et un guide, il a aussi été une source d’inspiration profonde et il a changé ma vie, car il a changé tellement de choses grâce à ses diverses initiatives de service partout dans le monde.

 Nos pensées vont vers sa famille; Mark « mon vieil ami » je te retrouverai sur les mondes des maisons où il n’y a aucun doute qu’il y a beaucoup de cohue à secouer. Tu es unique et je t’aime et tu me manques. Merci pour tout ce que tu as fait pour notre planète et nous ferons tout notre possible pour poursuivre ton héritage en accomplissant la volonté du Père. L’une des grandes lignes de sagesse de Mark : « Montrez-moi ce que vous appréciez, et je vous dirai ce que vous valez. » Voyage paisiblement Mark, mon frère.

Nos condoléances et nos prières vont à la famille de Mark et à tous ceux qui l’ont bien connu et l’ont appelé « ami » et « frère. » Que sa résurrection sur les Mondes des Maisons soit joyeuse et compense la manière tragique de son départ prématuré de ce monde.

Événements à venir

Vérifiez le calendrier des événements de l’Association Urantia Internationale au:  http://urantia-association.org/events-list. (version anglaise seulement) –  les événements à venir peuvent  être consultés sous forme de liste ou de calendrier.

Les événements de lecteurs du Livre d’Urantia permettent aux étudiants d’acquérir une compréhension plus profonde des idées et des concepts présentés dans Le Livre d’Urantia et contribuent à faciliter un engagement personnel aux idéaux de la vie spirituelle. Nous espérons que vous pourrez assister à certains de ces événements et découvrir les joies de rencontrer et d’étudier avec d’autres lecteurs.

Si vous planifiez un événement de lecture du Livre d’Urantia dans votre région et souhaitez obtenir de l’aide pour le promouvoir, veuillez nous envoyer vos informations et nous les prendrons en compte dans notre calendrier d’événements.

Bureau du Service International

Les membres du conseil du Bureau de service international (BSI) sont élus par un vote du Conseil des représentants (CR). Les officiers et les comités du BSI et l’Administrateur Exécutif planifient, coordonnent et exécutent les activités de l’Association Urantia qui ont une portée internationale et ont été autorisés par le Conseil des représentants. Ils servent également de ressource d’information pour les associations constituantes en compilant et en partageant l’information et les expériences d’autres associations. Lisez la liste et les fonctions du personnel actuel du BSI.

Le personnel du Bureau du Service International

Cliquez ici pour obtenir de plus amples renseignements sur le travail des comités du BSI.

À propos de l’infolettre Tidings

Administration centrale

Le bulletin Tidings est une publication en ligne qui sert d’outil principal de communication de l’Association Urantia Internationale pour atteindre les membres de l’Association, ses supporteurs, ses donateurs, ses bénévoles et ses amis lecteurs en général. Il fournit des nouvelles et des informations sur les nombreuses activités et événements des associations nationales et locales à travers le monde, ainsi que des informations et des annonces du bureau central, du bureau de service international et du Conseil des représentants. Elle sert à garder les membres en contact les uns avec les autres et donne aux lecteurs un sentiment d’appartenance ; d’être partie intégrante d’un mouvement véritablement international qui est conçu pour promouvoir la révélation d’Urantia aux quatre coins du monde.

Cliquez ici pour accéder à la collection complète des numéros précédents : voir les Archives de Tidings

Le nombre d’associations nationales et locales partout dans le monde ne cesse d’augmenter et, collectivement, elles entreprennent des activités inédites qui ont la capacité d’inspirer et de motiver les autres ; des activités telles que des congrès, des réunions régionales, des groupes d’étude, des programmes de dissémination, des programmes éducatifs, des projets de sensibilisation et la création d’aide à l’étude et de  lettres de nouvelles. Ces associations sont le sang vital de l’Association Urantia Internationale — elles fonctionnent au niveau de la base où le service efficace et la dissémination de la révélation ont lieu.

Il y a des milliers de lecteurs avec leurs histoires personnelles uniques sur comment ils ont trouvé Le Livre d’Urantia et comment cela a changé leur vie. Il existe des centaines de groupes d’étude dans le monde entier qui peuvent partager des histoires et encourager les lecteurs à créer leur propre groupe d’étude ou à y participer. Ces histoires doivent être racontées et Tidings fournit une plateforme efficace pour le partage de ces activités.

Si vous souhaitez partager vos histoires, veuillez soumettre votre matériel au rédacteur en chef. Les sujets peuvent inclure :

  • Comment vous avez trouvé Le Livre d’Urantia
  • Projets spéciaux comme les foires du livre, le placement de livre en bibliothèque, la dissémination.
  • Groupes d’étude nouveaux ou établis — comment vous avez commencé — qu’est-ce qui vous motive ?
  • Vos réunions annuelles, pique-niques ou autres rassemblements sociaux
  • Envoyer des photos

Équipe Tidings

  • Rédactrice en chef : Kathleen Swadling
  • Éditeurs associées : Mark Blackham, James Woodward
  • Bulletin anglais mis en ligne par : Mark Blackham
  • Traductrice espagnole et bulletin mis en ligne par : Olga Lopez
  • Traductrice française : Line St-Pierre & collaborateurs [email protected]
  • Bulletin français mis en ligne par : Alain Cyr

Contributions :

Soumettre les articles au rédacteur en chef et comprendre qu’ils peuvent faire l’objet d’une révision. Veuillez les limiter à environ 1 à 1 1 ½ page 700 à 1400 mots) avec une ou deux photos.

Page Couverture :

Pour varier, nous avons une image différente à chaque numéro. Les artistes, photographes et illustrateurs sont encouragés à soumettre des images pour utilisation éventuelle sur la page couverture ou à nous diriger vers une page Web de votre œuvre d’art.