Journal Éditorial Novembre 2017

Bienvenus, amis lecteurs. L’année 2017 apporte des changements dans le format de notre journal, qui est maintenant lu en ligne et sera publié deux fois par an, avec un numéro spécial occasionnel contenant des articles et des présentations sur les nombreuses conférences dans le monde.

Ce numéro se concentre sur  le temps et l’espace, la distance et la destinée. Notre première contribution ‘fantastique’ est de Nigel Nunn, Australie, et c’est un voyage énormément palpitant et instructif à travers l’Immense Orvonton. Utilisant des cartes stellaires, et un odomètre colossal, Nigel nous donne une compréhension entièrement nouvelle du voyage stellaire à travers la perspective que ‘ vous êtes ici et cela vous prendra tant d’années-lumière pour aller là ‘. « Puisque c’est 250 000 années-lumières depuis la périphérie (près de Nébadon) jusqu’à Uversa, et puisqu’Uversa est située centralement, devrions-nous supposer qu’Orvonton s’étend (plus ou moins) sur une distance similaire de l’autre côté ? Si oui, cela suppose une ‘longueur’ pour Orvonton de l’ordre de 400 000 à 500 000 années-lumière. » Et si ce n’est pas assez pour vous faire graviter , la danse de Nigel avec les divisions de la matière vous fera tourbillonner à une vitesse d’Organisateur de Force en vous donnant une nouvelle perspective ; « Si nous étions des Organisateurs de Force regardant vers Orvonton plus bas, que verrions-nous d’en haut ? Puisque chaque secteur majeur a son propre centre de rotation [Fascicule15:3.12] et que les trois sont en rotation autour d’Uversa [Fascicule 15:3.13], j’imagine que nous verrions quelque chose comme dix spirales électromagnétiques brillantes de gravita enchâssées dans dix tourbillons d’ultimata électromagnétiquement sombres. » Article brillant, Nigel !

 Notre article suivant  L’Animation du Mental Humain par les Logiciels Cosmiques est de Julian MacGarry, Tasmanie, Australie. Julian nous livre un compte-rendu succinct de la compréhension qu’il a eue de l’article de Nigel et son rapport avec les sept adjuvats, les Ajusteurs de Pensée et l’Esprit de Vérité. « En tant qu’enfants de l’âge de l’information, le monde des ordinateurs nous offre beaucoup de métaphores qui peuvent nous aider à saisir les opérations dans cette arène mentale du choix [Fascicule 116:3.2]. Je considère en quelque sorte le cerveau humain comme le ‘hardware'(ndt : matériel électronique) que les Porteurs de Vie ont mis des millions d’années à perfectionner. Pour qu’un hardware quelconque puisse fonctionner, il doit être capable de détecter, recevoir, et traiter les logiciels qui l’animent. Dans notre cas, ces logiciels commencent en tant que système d’exploitation fondamental…les sept adjuvats …circuits émettant un niveau de conscience de la Divine Ministre à travers l’univers local, animant le hardware biochimique qui est capable de répondre à leurs pulsations rythmiques [Fascicule 36:5.5] . Sans un système d’exploitation fonctionnant correctement, un ordinateur n’est pas capable d’exécuter les fonctions supérieures encodées dans un logiciel plus sophistiqué. De même, nous ne serions pas capables de faire des choix moraux supérieurs et de participer à l’adoration de notre Père céleste … construire une âme… si ce n’était grâce aux potentiels créés par les circuits mentaux de l’Esprit Mère de notre univers local. » Merci Julian, tu peux m’envoyer la version béta, je te suis !

Ensuite vient une trilogie d’Espace, Temps et Création, par Stuart Kerr, III, dont la large bibliothèque d’essais est toujours instructive et ses graphiques largement éclairants. Tout d’abord vient La Suprémacie du Grand Univers. « Dans l’âge actuel du grand univers de l’Être Suprême évoluant, , les sept superunivers du temps et de l’espace sont maintenus isolés les uns des autres afin de porter au maximum leurs divers potentiels de croissance. Chaque superunivers reflète un portrait différent des combinaisons variées des trois Déités personnelles de la Trinité Paradisiaque tandis que celles-ci sont influencées sous la supervision immédiate de l’un des Sept Maîtres Esprits. »

En suivant l’ordre de la création, vient ensuite L’Ultimité du Maître Univers ; « Tout comme Dieu le Suprême est à la fois spirituellement et personnellement présent dans Havona, Dieu l’Ultime est aussi présent dans Havona au sens absonite (superfini) et superpersonnel. Alors que Dieu le Suprême exerce une influence spirituelle sur la création d’espace-temps du grand univers, l’influence de Dieu l’Ultime s’effectue au-delà de l’Espace-temps aux limites extérieures des quatre niveaux d’espace extérieur du maître univers. De même que l’émergence de l’Être Suprême est le point culminant de toute réalité d’expérience évolutionnaire, ainsi l’Ultime est l’aboutissement de toute réalité transcendante émergente. Dieu l’Ultime est pouvoir superpersonnalisant à travers tout le maître univers. »

L’Absoluité du Cosmos Infini émerge pour compléter la trilogie de la personnalité évoluante de Dieu ; « Dieu l’Absolu transcende même les valeurs superpersonnelles et les significations de divinité manifestées par Dieu l’Ultime. Dieu l’Absolu est l’expression finale de la D́éité expérientielle. L’émergence de Dieu l’Absolu signifierait la réduction complète de l’expression de la Déité personnalisable et son autoréalisation. Cela impliquerait probablement l’unification expérientielle de la Déité Absolue existentielle avec l’Absolu Non-qualifié existentiel. »

                 J’ai aussi inclus l’épilogue de la trilogie de Stuart Le Cercle de l’Éternité. « Les ascendeurs mortels apprendront finalement à transcender leurs perspectives limitées d’existence finie dans l’espace-temps ; ils commenceront à assimiler leurs expériences de façon plus holistique. La distinction d’une séquence d’événements temporels commencera à se dissiper et un tel ascendeur commencera à avoir l’intuition d’un sens du moment ‘présent éternel’ . Passé, présent et futur commencent à être vus ensemble comme une unité et la succession d’événements  « sera considéré alors comme un cycle complet et parfaitement cohérent. De cette manière, l’ancienne conscience de la séquence linéaire des événements sera de plus en plus remplacée par la simultanéité circulaire. » [Fascicule 130:7.6, page 1439 :3]. Les ascendeurs deviennent partie prenante de la procession éternelle progressive, « en tournant pour toujours avec les mondes de l’espace autour du cercle des âges éternels. » [Fascicule 32:5.4, page 365:0]. Lorsque les ascendeurs mortels atteignent la perfection spirituelle et peuvent prétendre au statut final de résident du Paradis, ils « partageront ‘l’essence de la divinité’ et ‘l’esprit de suprématie’ et commenceront ainsi à fonctionner dans le cercle de l’éternité et en présence de la Trinité. » [Fascicule 36:7.4, p 293:2].

 Notre première Édition dans ce format avait une version abrégée non intentionnellement d’un article de Neal Waldrop : excuses auprès de Neal pour les difficultés techniques du changement de format. La version originale complète et inédite peut être vue au format pdf sur le site Https://urantia-association.org/wp-content/uploads/2017/06/Hallelujah-Aftermath-Neal-Waldrop-complete.pdf

Pour voir la version complète du Journal dans ce format en ligne, cliquez sur le bouton ‘Print version’ en haut de la lettre d’information (sous l’en-tête).

Heureuse lecture éclairée !!
Suzanne M Kelly [email protected]
Éditrice du Journal.