Comment participer au mouvement évangélique de Jésus

Présenté à  San Antonio, Texas, États-unis, 11 juin, 2016

Chanson
Il vous faut bien connaitre ce Jésus
Il vous faut bien connaitre ce Jésus

Il vous faut étudier et prier à sa façon
Il vous faut bien connaitre ce Jésus

VENANT DU NORD EST DE L’OHIO, JE PEUX vous dire que si une chose me donne une vraie satisfaction c’est bien quand Lebron James fait une passe décisive pour les Cavaliers de Cleveland. Il passe excellemment la balle à un membre de son équipe qui est en position et marque un panier.

Il en va de même dans l’équipe qui travaille dans le mouvement évangélique de Jésus. Nous collaborons avec l’Esprit de Vérité lorsqu’un autre être humain s’approche, prend la décision la plus importante de sa vie ou la confirme.

D’ici la fin de cette intervention, je veux que chacun sache comment collaborer avec  le mouvement évangélique de Jésus. J’ai à proposer quelques principes généraux et quelques exemples sur la façon de procéder. Ne m’imitez pas. Utilisez simplement mes histoires générales pour vous stimuler à être, à votre manière, un prophète vivant.

Quand je rends visite à différentes églises ma question favorite est de poser aux gens la question suivante : « Que signifie pour vous être un fils de Dieu ? Ou une fille de Dieu ? J’obtiens la plus extraordinaire variété de réponses. Si je vais de porte à porte je dis simplement : « Je suis votre voisin Jeff, qui vous encourage à croire que vous êtes un fils de Dieu » Puis, je me tais, et je souris et laisse la personne réagir. La conversation se poursuit alors naturellement à partir de cela. Parfois à un péage sur une autoroute, je parle à la personne qui prend mon argent. «  Pourriez-vous m’indiquer la direction … du ciel ? Généralement j’obtiens un gentil sourire et un commentaire sympathique. Un nombre de fois incalculables j’ai dit aux gens : « Vous êtes un fils de Dieu divinement créé et infiniment aimé, habité spirituellement à l’intérieur, un fils, ou une fille, de Dieu évolutionnaire doté(e) du libre arbitre. » Si quelqu’un me questionne sur moi-même, je dis parfois : «  Ma devise est que Dieu est notre Père et que je suis votre frère. »

L’évangile de Jésus a de multiples facettes et chaque facette est une vérité qui apporte son ministère à quelque besoin spirituel essentiel. Quand vous rassemblez et étudiez les dizaines de déclarations de l’évangile du Livre d’Urantia, vous voyez que l’évangile est une réalité vivante qui ne peut pas être systématisée. J’ai autrefois publié une liste de sept  vérités. Il y a une semaine, j’ai écrit une douzaine de thèmes majeurs dont chacun est plein de réalisations spirituelles potentielles et qui enseignent la paternité de Dieu, la fraternité de l’homme, l’esprit intérieur, l’amour, la foi, la vie éternelle, la joie, la liberté, la volonté de Dieu, la prière, l’adoration et le service. Mais chacun de ces thèmes n’est qu’une idée dans le mental jusqu’à ce qu’il soit vivifié par l’esprit.

Nous foi commence petitement. Elle commence par une simple croyance. Comment en venons-nous à croire? Souvent il en va ainsi : Nous entendons quelqu’un qui exprime une vérité spirituelle essentielle; l’esprit y ajoute son accentuation et notre mental reconnait intuitivement sa vérité. La vérité est un don, notre intuition est un don. Et la foi est un don. Elle vit et elle croît. Ce que nous recevons comme un don, nous l’exerçons en action. Plus tard, nous trouvons notre propre façon de donner voix à la vérité. Avec la pratique, nous devenons à l’aise et habiles.

Comment allons-nous faire ce travail ? Je vais vous donner deux méthodes. Les deux impliquent étude et expérience.

La première méthode

La première méthode comporte trois choses essentielles. La première est d’étudier l’évangile aux multiples facettes de Jésus expérientiellement de façon à trouver l’Esprit de Vérité dans l’évangile.

Voici une méthode expérientielle pour trouver l’Esprit de Vérité.  Choisissez une citation dans laquelle Jésus dit ce qu’est l’évangile ou ce qu’est le royaume. Méditez-là profondément. Laissez-là s’enfoncer dans votre mental, dans votre cœur et dans votre âme. Réfléchissez-y intellectuellement, vous pourriez trouver une signification de plus dans ses mots clés en les associant avec d’autres enseignements du Livre d’Urantia. Prenez du temps en silence pour permettre à l’esprit de vous apporter la vérité de son enseignement. La partie expérientielle implique aussi de mettre cette vérité en pratique dans votre vie quotidienne. Si vous avez un groupe d’étude qui veut bien le faire avec vous, engagez-vous à lui rapporter votre expérience et voyez combien le travail en équipe peut multiplier votre efficacité. Ensuite, répétez le processus avec d’autres enseignements qui illustrent des facettes différentes de l’évangile.

Prenons la vérité de la paternité de Dieu. Peut-être que, quand nous lisons cela ou nous en entendons parler, la chose nous semble un peu plate. Nous l’avons entendu des millions de fois et nous sommes inoculés. Mais nous savons qu’il y a quelque chose de plus là. Jésus a dit :

«  Le puissant Esprit de Vérité se trouve dans l’évangile du royaume,…  . ” [Fascicule  178:1.6, page 1930:3]

et il a dit que l’Esprit de Vérité est

«   exactement semblable à moi, à l’exception de ce corps matériel. ».  [Fascicule  180:4.5, page 1949:1].

De sorte que nous savons qu’en creusant spirituellement nous pouvons faire une percée jusqu’à ce pouvoir et cette conviction. Commençons notre étude expérientielle.

Voici une citation dont nous pouvons faire usage. Jésus dit :

« Contentez-vous d’aller proclamer : Voici le royaume des cieux – Dieu est votre Père et vous êtes ses fils, et, si vous croyez de tout cœur à cette bonne nouvelle, elle est votre salut éternel. » [Fascicule 141:6.4, page 1592:6]

Ce n’est plus plat du tout, n’est-ce pas ?

Tout d’abord, si nous voulons connaître Dieu comme notre Père, nous devons nous relier à lui en tant que fils ou fille … Ainsi, nous voici pris dans la contemplation, dans la relation, dans l’émerveillement et l’admiration de Dieu… Nous pensons à peine parler ou penser car nous sommes sortis du mental et entré dans l’âme qui est avide d’adoration et qui s’y engage. Quand je veux rafraîchir ma relation avec le Père, je me rappelle souvent les premier paragraphes du Fascicule I. «  Le Père Universel est le Dieu de toute la création, la Source centre Première de toutes chose et de tous les être. »

Ensuite je vais à la première leçon sur la pensée.

« Pensez d’abord à Dieu comme à un créateur, puis comme à un contrôleur, et enfin comme à un soutien infini. » [Fascicule 1:0.1, page 21:1]

Le Créateur contrôle sa création en l’ordonnant suivant les lois inhérentes de la matière, du mental et de l’esprit ; mais ce sont pas simplement des lois sur lesquelles nous pouvons nous précipiter comme sur un mur de brique, ce sont des lois de devoir et « le Père règne sur

« un univers des univers par le pouvoir contraignant de son amour »  ” [Fascicule  143:1.4, page 1608.1]

Notre échec pour vivre en accord avec ces lois pourraient marquer notre fin, mais l’amour et la miséricorde du  soutien infini guident  et réhabilitent les créatures imparfaites dans l’aventure éternelle.

En tant qu’êtres humains, nous pouvons connaître Dieu, recevoir son affection divine et l’aimer en retour. C’est le circuit primaire de l’amour. Il nous faut prendre le temps de permettre à l’amour du Père de nous pénétrer. Et nous l’aimons en retour. D’ici là, la vérité de la paternité de Dieu commence à briller de tous ses feux. Ce n’est plus simplement un fait pour nous, nous y avons trouvé l’Esprit de Vérité.

Nous sommes alors prêts pour notre première leçon sur le sentiment.

«Les créatures qui connaissent Dieu n’ont qu’une ambition suprême, un seul désir brulant, c’est d’être semblable dans leur propre sphère à ce qu’il est dans sa perfection paradisiaque de personnalité et dans sa sphère universelle de juste suprématie. » [Fascicule 1:0.3, page 21:3]

Dieu aime tout le monde. Si nous devons devenir semblable à lui, nous nous permettons d’être remplis d’une attitude d’amour sublime et ensuite nous entreprenons l’aventure évolutionnaire de nous mettre à connaître les gens et d’apprendre à les aimer.

La deuxième chose essentielle de cette méthode est :

Apprenez à bien connaître les gens, à découvrir leurs difficultés spirituelles et à les aimer. C’est là l’un des privilèges de la fraternité de l’homme. En tant que maitre enseignant, Jésus fit un superbe travail de connaissance des gens. Et il ouvre la voie à chacun d’entre nous. Si nous donnons un enseignement en réponse à une question que nos auditeurs n’ont pas posée, nous  perdons notre temps. Il nous faut savoir quelle question ils posent, qu’est-ce qui les tracasse, à quelles difficultés ils sont confrontés. Je cite :

Et maintenant que le Maitre a personnellement quitté ce monde, il envoie à sa place l’Esprit de Vérité destiné à vivre dans l’homme et à reformuler le message de Jésus pour chaque nouvelle génération. Ainsi, chaque nouveau groupe de mortels apparaissant à la surface de la terre aura une nouvelle version mise à jour de l’évangile ; une illumination personnelle et une gouverne collective telle qu’elle se révèlera être pour l’homme une solution efficace de ses difficultés spirituelles toujours nouvelles et variées. [Fascicule194:2.1, page 2060:6]

Plus notre mental et notre âme seront rempli des vérités de l’évangile aux multiples aspects, plus nous connaîtrons les individus et les groupes avec lesquels nous parlons, et plus il sera aisé pour l’Esprit de Vérité de Jésus de produire des vérités évangéliques pour les bénir.

La troisième chose essentielle de cette méthode est : Effectuez une relation efficace entre les vérités évangéliques appropriées et les difficultés spirituelles des autres selon leur capacité de réceptivité. Voici la citation de Jésus :

«… soyez toujours sages dans le choix de vos méthodes pour présenter la bonne nouvelle aux différentes races et tribus de l’humanité. »  [Fascicule 191:4.4, page 2042:1]

Tous les apôtres enseignaient la même vérité, mais chacun d’eux le faisait à sa manière. Trouvez votre manière, votre langage. Jésus leur dit de ne pas citer les anciens prophètes, ni d’enseigner sur lui ou sur son enseignement mais d’être des prophètes vivants.

 

Comment Jésus a-t-il accompli ces choses essentielles?

Jésus, le maître enseignant, était la vérité qu’il enseignait et la façon dont il enseignait était en parfait union avec ce qu’il enseignait. Comment y parvenait-il ? Il a grandi d’une manière équilibrée. Nous apprenons comment dans les fascicules 123 à 129 depuis sa tendre enfance jusqu’à sa vie d’adulte ultérieure. Si nous nous engageons dans l’étude expérientielle de ces fascicules, nous pouvons parvenir à ce que j’appelle croître avec Jésus.

Nous pouvons tous le faire. Je cite :

« Bien qu’un mortel ordinaire d’Urantia ne puisse espérer atteindre la haute perfection de caractère acquise par Jésus de Nazareth durant son temps d’incarnation, il est entièrement possible à tout croyant mortel de développer une forte personnalité unifiée selon les lignes devenues parfaites de la personnalité de Jésus. Le trait exceptionnel de la personnalité du Maitre n’était pas tant sa perfection que son harmonie, son exquise unification équilibrée. « [Fascicule 100:7.1, page 1101:5]

Et aussi :

«  Jésus était la personnalité humaine parfaitement unifiée. Et, aujourd’hui, comme autrefois en Galilée, il continue à unifier l’expérience mortelle et à coordonner les efforts humains. Il unifie la vie, ennoblit le caractère et simplifie l’expérience. Il pénètre le mental humain pour l’élever, le transformer et le transfigurer. Il est littéralement vrai que, « si un homme a le Christ Jésus en lui, il est une nouvelle créature ; les anciennes choses sont en train de passer et voici, toutes choses deviennent nouvelles ». [Fascicule  100:7.18, page 1103.6]

Voici comment nous croissons avec Jésus. En lisant un de ces fascicules clés, nous observons le développement de Jésus. Nous notons les aspects de son caractère que nous voudrions fortifier en nous. Alors, nous élaborons un projet expérientiel pour ce faire, en trouvant des activités qui permettent à cette croissance d’avoir lieu en nous.

Il est très utile de le faire avec un groupe d’étude, comme je l’ai découvert cette année avec le groupe d’étude des Jeunes Adultes international, groupe initialement accueilli par Antonio Schefer et maintenant par Samantha Nior. J’étais prêt pour une expérience transformatrice et ce fut le cas. Je me suis rendu compte pour la première fois que l’évangile de Jésus était la vérité qu’il réalisait naturellement, simplement en grandissant d’une manière superbement équilibrée. Son évangile est la vérité profonde de la vie. Et j’ai vu le principe de réceptivité, qu’il enseigna plus tard aux apôtres, émerger naturellement de sa vie antérieure. Plus de choses sur ce sujet plus tard.

J’ai sélectionné neuf principes à mentionner ce matin.

Numéro un.  Dans le fascicule sur la petite enfance de Jésus, la première chose quant à son développement que nous lisons est sur la socialisation de Jésus. J’ai besoin de grandir dans ce domaine, alors j’en ai fait un projet, je me suis engagé totalement, j’ai eu un certain nombre de succès rapides et je continue à croitre.

Numéro deux.  Un peu plus loin, dans le même fascicule nous voyons une référence à la première décision morale personnelle de Jésus. J’ai pensé, combien de mes décisions morales ont en elles cette qualité personnelle et entière ? j’ai pensé aux fonctions de la causalité cosmique du mental, du devoir et de l’adoration et j’ai pris conscience  qu’une décision morale personnelle et entière est enracinée dans une compréhension adéquate  du cadre évolutionnaire factuel, matériel et causal et qu’elle est aussi illuminée par la valeur spirituelle que la volonté de Dieu est prête à actualiser par ma décision. J’ai commencé à prendre des décisions morales nouvelles, personnelles et entières et j’ai aussi repris d’anciennes décisions qui avaient besoins d’être réévaluées.

Numéro trois.  Jésus participait à la vie religieuse de son peuple. Dans le judaïsme de son temps, il a trouvé une vérité pour l’inspirer et il a mis l’accent sur ces perles, mais il a aussi trouvé des enseignements et des pratiques  qu’il voulait ignorer ou apprendre à tolérer, à modifier ou à défier quand le temps était venu. Quand il enseigna les six premiers apôtres, il ne leur a pas seulement enseigné le nouvel évangile du royaume, il les a aussi amenés à l’étude des écritures. Je pensais, «  Combien de fois les étudiants du Livre d’Urantia étudient-ils les écrits qui sont spirituellement les plus importants pour les gens avec lesquels nous travaillons ? J’ai commencé à chercher les perles des bulletins de l’église que je recevais de semaine en semaine et je soulignais ces perles, je déchirais les bulletins après le service et les gardais dans mon ordinateur.

Numéro 4.  Jésus était un étudiant exceptionnel. Même plus tard, dans sa vie adulte, quand il travaillait à Capharnaüm, il découvrit à la bibliothèque de la synagogue beaucoup de livres qui étaient nouveaux pour lui et il passait cinq nuits par semaine en étude intense.

Numéro 5. Jésus fit d’extraordinaires efforts pour bien connaître les gens. Il était un maitre enseignant dès la fin de ses années d’adolescence. Faites particulièrement attention à cette citation :

Venu au monde comme n’importe quel nouveau-né du royaume, il a vécu sa vie d’enfant et traversé les étapes successives de la jeunesse et de l’adolescence. Il se trouve maintenant au seuil de sa pleine maturité, riche de l’expérience de la vie humaine, ayant parachevé la compréhension de la nature humaine et restant plein de compassion pour les faiblesses de cette nature humaine. Il est en voie de devenir expert dans l’art divin de révéler son Père du Paradis aux créatures mortelles de tous âges et de tous niveaux d’évolution. [Fascicule 127:6.15, page 1405:7]

Remarquez cette expression de tous âges et de tous niveaux. Les niveaux sont le début et la fin de l’enfance.

Les années intermédiaires, l’adolescencela vie de jeune homme et la suite de la vie d’adulte. Notez que  le terme d’adolescence se réfère aux années intermédiaires. Adolescence signifie littéralement devenir adulte. Cela implique s’installer pour acquérir des connaissances, des compétences et obtenir un caractère accompli nécessaire pour fonctionner dans la société comme un homme ou une femme responsable. Et notez qu’âge et stades ne sont pas nécessairement corrélés. Les gens peuvent avoir cinquante, soixante ou soixante-dix ans et ne pas avoir encore atteint la maturité adulte.

Nous parlons de manière différente aux gens à des âges différents et nous parlons de manière différente aux gens à différents stades et Jésus, le maitre enseignant, pouvait révéler le Père d’une manière correspondant simultanément aux deux variables. Nous ne devrions pas être submergés par son accomplissement, mais simplement commencer à être plus attentifs, peut-être étudier un peu mieux et passer un peu de temps à penser à ces différents groupes. Notez que dans la suite de sa vie d’adulte  et de nouveau au cours de sa première année à Capharnaüm, Jésus passait une soirée par semaine avec les jeunes et une soirée avec les plus vieux.

Numéro six.  Les principes les plus importants de l’enseignement, selon moi, sont de mettre en appétit et de promouvoir la découverte. Jésus faisait cela en partie en distribuant son enseignement par petites doses.

Numéro sept. Jésus crut en gagnant de l’expérience dans son ministère personnel avant de commencer son ministère public auprès d’un plus grand public, et il fit suivre la même séquence à ses apôtres. En d’autres termes, nous devons apprendre les choses qu’ont appris les six premiers apôtres, de personne à personne, de face à face, avant que nous nous lancions dans la communication de masse.

Numéro huit. Jésus a dit :

« Tous les croyants à cet évangile devraient prier sincèrement pour l’expansion du royaume des cieux. » [Fascicule 146:2.13, page 1640.2]

Numéro neuf. Jésus aiguisait aussi l’appétit  pour que les gens viennent à lui avec leurs questions par sa vie coordonnée de vérité, en intégrant la vie scientifique et la beauté de sa  vie spirituelle dans la totalité de sa droiture.

Voici la citation avec ses implications majeures pour attirer de nouveaux lecteurs.

«Dans tout ce que vous ferez, ne devenez pas partiaux et ne vous spécialisez pas à l’excès. Les pharisiens qui cherchent à nous détruire croient véritablement servir Dieu. La tradition les a tellement étriqués qu’ils sont aveuglés par les préjugés et endurcis par la peur. Considérez les Grecs, qui ont une science dépourvue de religion, alors que les Juifs ont une religion dépourvue de science. Quand les hommes s’égarent ainsi au point d’accepter une désintégration étroite et confuse de la vérité, leur seul espoir de salut consiste à se coordonner avec la vérité – à se convertir.»

Ressources additionnelles

J’ai d’autres ressources pour participer au mouvement  évangélique.

Tout d’abord, ,il y a mon livre Vivre en Vérité, Beauté et Bonté ( Living in Truth, Beauty and Goodness)  conçu pour vous aider à développer une vie coordonnée par la vérité et la belle totalité de la droiture. D’ici au mois d’aout vous pourrez le commander en allant chez Cascade Books, et de 6 à 8 semaines plus tard, le livre sera disponible sur amazon.com.

Ensuite, il y a mon nouveau site Web de blog http://UniversalFamily.org

En trois, il y a mon site Web pour les étudiants du Livre d’Urantia :    https://sites.google.com/site/ubquestionsandstudies   J’ai des matériaux   pour mon École internet de l’évangile qui se trouve là, plus une nouvelle section élargie  sur comment partager le Livre d’Urantia de manière sage.

Et enfin, je voudrais attirer votre attention sur le module à venir du groupe d’étude auquel j’ai fait référence antérieurement. Le 2 juillet, nous commencerons l’étude expérientielle des enseignements avancés sur la prière, l’adoration et le service, le tout  en vue de répandre l’évangile. Antonio Schefer est celui qui accueille et la personne à contacter. Son courriel se trouve au même lien :  [email protected]

Une ressource complémentaire. Si vous songez à recevoir quelque éducation pour vous préparer à participer au mouvement évangélique, je veux absolument parler avec vous.

Le professeur de neuroscience et l’enthousiaste

Jeff: Hi, Comment va?

Mahtab: Bien,  c’était bien de te voir à la cafétéria ce matin avant la classe.

Jeff: Oui, votre introduction  à la neuroscience est vraiment de grande classe… Dites-donc, J’ai quelque chose que je voudrais partager avec vous. Quelques mots que vous avez laissé tomber en classe, m’ont fait penser que vous seriez peut-être ouvert à cela. C’est ce merveilleux livre.

Mahtab: En fait, je connais ce livre

Jeff: Cool, je l’ai découvert il y a quelques mois.

Mahtab: Combien en as-tu lu ?

Jeff: Un petit peu du commencement de la partie I ; ensuite, je l’ai parcouru superficiellement  jusqu’à la partie IV, mais avec mon fond de chrétien j’étais naturellement intéressé par ce qui traitait de Lucifer et Adam et Ève. C’est cette quatrième partie qui m’a  vraiment retenu. Cet évangile est ce dont le monde a besoin. Je voudrais simplement que tout le monde voit ce livre.

Mahtab: Voudrais-tu apprendre à exprimer cet évangile si bien que cela conduirait les personnes à chercher plus avant et peut-être finalement à découvrir le livre ?

Jeff: Pour sûr. Pouvez-vous m’aider ?

Mahtab: Le livre a beaucoup d’enseignements qui aide à le faire ; mais il y a surtout une chose sur laquelle je voudrais mettre l’accent avec toi pour commencer.

Jeff: Qu’est-ce que c’est ?

Mahtab: Le principe de réceptivité

Jeff: Le principe de réceptivité ? Qu’est-ce que c’est ?

Mahtab: Laisse-moi te donner une citation rapide. « La religion de révélation doit toujours être limitée par la capacité de réceptivité de l’homme. »

Jeff: Ouah ! Vous avez  mémorisé ça. Très impressionnant.

Mahtab: Pas vraiment, je suis en train de lire un script.

Jeff: Que dire de Jésus et de la réceptivité ?

Mahtab: On nous dit que d’ici à la fin de son adolescence, Jésus «  devenait expert dans l’art divin de révéler son Père du Paradis à tous les ages et tous les stades des créatures mortelles. » Pense à ce que cela implique au sujet de Jésus, le maitre enseignant ajustait son expression aux différents niveaux de réceptivité.

Dans le sermon d’ordination, jésus a dit aux apôtres de ne pas jeter leurs perles devant des individus dont la réceptivité était nulle et qui pourraient réagir de façon  agressive  contre eux.

Jeff: C’est exact. Certaines personnes à l’extérieur sont très hostiles envers la religion.

Mahtab: Lorsque les apôtres commençaient leur œuvre publique, Jésus a exprimé le principe de réceptivité en ces mots.  « Lorsque vous entrez dans le royaume, vous êtes nés à nouveau. Vous ne pouvez enseigner les choses profondes de l’esprit à ceux qui sont seulement nés de la chair. Veillez d’abord à ce que les hommes soient nés de l’esprit avant de chercher à les instruire dans les voies avancées de l’esprit. N’entreprenez pas de leur montrer les beautés du temple avant de les avoir d’abord fait entrer dans le temple. »

Jeff: C’est une image saisissante et elle est ressortie quand je l’ai lu pour la première fois. C’est une vérité psychologique que les enseignants spirituels doivent reconnaître. C’est tout comme il vous faut connaître quelque chose de la chimie et de la biologie avant de pouvoir aller très loin en neuroscience.

Mahtab: C’est juste. Le principe de réceptivité est une question d’équilibre entre idéalisme spirituel et réalisme scientifique. L’enseignement spirituel devient plus efficace quand il est guidé par la compréhension psychologique, sociologique et personnelle. Le principe de réceptivité commence-t-il à devenir clair dans ses implications ?

Jeff: Oui, professeur. Mais cela est si nouveau pour moi que, pour être honnête, je le comprends à peine. Ce que vous avez dit sonne bien mais les implications pourraient me faire changer d’approche. Il va falloir que je prie à ce sujet.

Mahtab: Bien. Il ne s’agit pas seulement de la réceptivité des autres, il s’agit aussi de ta réceptivité. Si tu vas vraiment prier profondément, alors j’ai encore une recommandation à te faire. Satisfais aux conditions difficiles de la prière efficace de la fin du fascicule 91. En tant que neuroscientifique, je désire t’offrir un mot d’avertissement. Dans les fascicules sur le Ajusteurs de Pensée on nous dit que, les mortels, sont  « si largement contrôlées par des processus électriques et chimiques, leur comportement ordinaire ressemble tellement à celui des animaux, leurs réactions habituelles sont si émotives qu’il devient extrêmement difficile aux Moniteurs de les guider et de les diriger. »  Nous pouvons prier rapidement et nous sentir bien quant aux réponses que nous semblons recevoir ; nous pouvons réagir et nous sentir bien sur la façon dont les choses se sont déroulées. Mais les hormones qui sont typiquement impliquées dans ces émotions positives, l’oxytoxine, la dopamine, la sérotonine, contribuent toutes à nous faire sentir bien et on pourrait avoir l’idée que notre pensée, nos sentiments et notre action sont divins. Je veux simplement vous rappeler qu’il y a diverses causes qui peuvent stimuler la production de ces hormones. Tu as le le droit de te sentir bien quand  tu fais au mieux de ta foi entière pour rechercher, trouver et choisir de faire la volonté de Dieu. Mais souviens- toi de ne pas prendre tes émotions positives comme guide pour savoir si tu es bien accordé avec la vérité divine, la beauté divine et la bonté divine. Un processus de prière complète t‘offre une meilleure chance de discerner la réponse de Dieu.

Jeff: C’est un rappel qui donne à réfléchir. Je ne m’attendais pas à ce que la neuroscience m’aide à devenir meilleur dans le partage de la vérité.

Mahtab: Si tu deviens coordonné avec la vérité en intégrant la science et la religion dans ta vie quotidienne et si tu apprends à « exemplifier dans ta vie la belle totalité de la droiture, alors les autres te rechercheront afin de pouvoir acquérir ce que tu as acquis »

Jeff: Donnez-moi un peu de répit ! Ma capacité de réceptivité est dépassée ! Qui donc a écrit ce script ?

Mahtab: Serre-moi dans tes bras ! Ma capacité d’amour déborde !

Jeff et Mahtab  se serrent  l’un contre l’autre puis se tournent et miment des gestes  d’étreinte en direction des spectateurs.